Actualités Météo Paris

Episodes pluvieux et orageux dans le Sud : suivi et prévisions (dim., 20 oct. 2019)
Un épisode pluvieux et orageux a débuté ce week-end dans le Sud-Est. Il devrait s'étendre à toute la moitié Sud en perdurant jusqu'à jeudi a minima.   SUIVI : Une vigilance orange institutionnelle est déjà de mise sur plusieurs départements en raison des orages, du risque d'inondations mais aussi de crues (plus d'informations sur les multiples vigilances en cours >>).   Plusieurs tronçons de cours d'eau sont également placés en vigilance orange. N'hésitez pas à suivre leur évolution sur le site Vigicrues (>>).   Nous vous proposons en parallèle de suivre l'évolution des pluies mais également de l'activité orageuse via ces cartes actualisées automatiquement. Animation des précipitations (>>) et carte des impacts de foudre sur les 12 dernières heures (>>) - Météociel Il est déjà tombé plus de 200mm, voire localement 300mm sur le relief Ardéchois entre la mi-journée de samedi de dimanche. Les cumuls pourraient dépasser les 500mm sur l'ensemble de l'épisode.   A noter d'une cellule orageuse a provoqué une tornade dans le centre de l'Hérault à la mi-journée du dimanche 20 octobre (plusieurs tornades sous ce même orage auraient d'ailleurs été observés). Tornade dans l'Hérault depuis l'autoroute A75 - dimanche 20 octobre 2019 - VIncent Deligny via Keraunos   PREVISIONS : Court terme >> Les pluies se sont donc déjà montrées très abondantes sur les Cévennes Ardéchoises. Ces précipitations à caractère cévenol vont se poursuivre durant toute la journée de dimanche sur ces mêmes secteurs. Toutefois, les pluies orageuses vont petit à petit se décaler vers l'Est dans le courant de la soirée puis de la nuit de dimanche à lundi (concernant la moyenne vallée du Rhône, puis la région PACA). Pour la journée de lundi, le plus gros des précipitations devrait alors se produire majoritairement du côté de la Provence et sur l'Est de la vallée du Rhône avec une activité électrique disparate. Animation des précipitations jusqu'en soirée du lundi 21 octobre - Modèle Arome via WxCharts   Au total, en 36 heures (de la matinée du dimanche 20 à la soirée du lundi 21 octobre), les cumuls seront encore très importants sur les Cévennes et les monts d'Ardèche avec encore 150 à 200mm (s'ajoutant aux cumuls déjà tombés). Autre secteur à surveiller : la moyenne vallée du Rhône où nous pourrions approcher voire dépasser la barre des 100mm d'ici demain soir. Une barre qui pourrait également être atteinte sur le Mercantour (Alpes-Maritimes). Partout ailleurs, les cumuls se montreront assez hétérogènes. Nous attendons 50 à 80mm de précipitations sur l'Ouest de l'Isère ainsi que sur l'Est du département de l'Ain. Les départements provençaux devraient obtenir généralement entre 30 et 60mm (localement plus sur le Var car la probabilité d'orages stationnaire est non-nulle). Le Roussillon devrait être à l'écart avec des pluies assez faibles (<5mm). Cumul des pluies sur 36h (jusqu'en soirée du lundi 21 octobre) - Modèle Arome via Météociel   Moyen terme >> Pour la suite, une nouvelle salve humide s'annonce à partir de mardi. Celle-ci devrait toucher les régions plus à l'Ouest, concernant majoritairement le Roussillon et les Pyrénées (mais c'est tout le quart Sud-Ouest de la France qui devrait se retrouver sous ces précipitations). A partir de mercredi, un nouveau décalage vers l'Est s'annonce, et un balayage devrait s'opérer sur l'ensemble des régions méditerranéennes. Il faudra surveiller attentivement les journées de mercredi et de jeudi avec des cumuls qui pourraient s'annoncer conséquents sous les orages. En paralèle, une dépression devrait s'isoler près de la Gironde, provoquant des pluies assez abondantes sur les côtes Aquitaines durant la journée de jeudi. L'accalmie généralisée interviendra vraisemblablement dès vendredi seulement ! Animation des précipitations jusqu'au jeudi 24 octobre - Modèle Arpège via WxCharts Sur ces 4 journées très agitées (dimanche, lundi, mardi, mercredi + nuit de mercredi à jeudi), la plupart des départements Méditerranéens (hors Corse) devraient observer des cumuls avoisinant les 100mm. Des pointes supérieures à 150 voire 200mm sont envisageables sur le Roussillon et les Corbières, tandis que les 300/350mm sont atteignables sur les Cévennes. Les Pyrénées mais aussi les côtes Landaises et Basques ne seront pas à l'écart avec des précipitations cumulées qui pourraient aussi atteindre les 100mm d'ici jeudi matin. D'une manière plus générale, c'est la totalité du Sud de la France qui recueillera a minima 30 à 40mm, de quoi atténuer progressivement la sécheresse actuelle ! Accumulation des précipitations sur 102h (jusqu'en matinée du jeudi 24 octobre) - Modèle Arpège via Météociel
>> Lire la suite

Septembre 2019 le plus chaud dans le Monde : confirmation de la NOAA (Sat, 19 Oct 2019)
L'information avait été donné il y a environ deux semaines par le programme Européen de Surveillance de la Terre "Copernicus" (vous pouvez encore consulter notre actualité dédiée >>). Désormais, la NOAA (agence américaine d'observation océanique et atmosphérique) le confirme à son tour avec son bilan mensuel publié il y a quelques jours : septembre 2019 est devenu le mois de septembre le plus chaud à l'échelle mondiale depuis 1880. Lors de ce mois de septembre 2019, l'anomalie de température mondiale a atteint +0.95°C (par rapport à la moyenne du 20ème siècle). Il s'agit d'une valeur a égalité avec le mois de septembre 2015. Anomalie* de température (océans + continents) en septembre depuis 1880 - NOAA L'anomalie de la NOAA se mesure par rapport à la moyenne du 20e siècle (1900-1999).   Les secteurs où la chaleur a été la plus anormale se situent sur l'Alaska, l'Ouest du Canada, le sud des Etats-Unis, le nord de l'océan Pacifique, les mers de Béring et de Barents (Arctique), le centre du continent sud-Américain, la Mongolie, et le nord de la Russie : sur tous ces secteurs, l'anomalie a dépassé les +2.0°C. Bien que rares, il existe toutefois quelques territoires où septembre 2019 a été un peu plus frais que la moyenne : notons l'Indonésie, le nord de l'Australie, l'Ouest de l'Asie, le sud de l'océan Indien ou encore le sud-est de l'océan Pacifique (sans battre de records). Anomalie de température (en °C) en septembre 2019 par rapport à la moyenne 1981-2010 - NOAA   La NOAA fait également le point sur les anomalies thermiques sur chaque continent. Hormis sur l'Europe, ce mois de septembre se positionne sur le podium des plus chauds jamais observés sur tous les autres continents. -> Continent Nord-Américain : mois de septembre le plus chaud jamais observé. Sur les Etats-Unis et Hawaïi, il s'agit du 2e mois de septembre le plus chaud. Pour l'Alaska, celui-ci se place au 3e rang. A noter la présence de la tempête tropicale Imelda ayant provoqué d'importantes inondations sur l'Est du Texas. -> Continent Sud-Américain : septembre 2019 est le 3e plus chaud jamais observé, derrière septembre 2015 et 2014. -> Continent Européen : il s'agissait du 8e mois de septembre le plus chaud. -> Continent Asiatique : septembre 2019 se classe 3e parmi les plus chauds, derrière septembre 2016 et 2005. -> Continent Africain : sur le podium avec une 2e place, derrière le record de septembre 2017. En terme de banquise, l'éténdue des glaces de l'Arctique a été en septembre la 3e plus basse observée en 41 années de mesures. Pour l'Antarctique, il s'agissait de la 13e éténdue la plus basse pour un mois de septembre.   Anomalies climatiques et évènements sur le globe - septembre 2019 - NOAA   Sur les neuf premiers mois de l'année (janvier à septembre), la tendance repart également à la hausse... L'anomalie s'élève désormais à +0.94°C (par rapport au 20è siècle) et passe au 2e rang juste devant 2017 (+0.93°C), mais encore derrière l'année 2016 record en la matière (+1.06°C). Le bilan s'annonce donc très mauvais : l'année 2019 devrait être la 2e ou la 3e année la plus chaude relevée depuis la fin de l'ère pré-industrielle. Anomalie de température (océans + continents) sur la période janvier-septembre depuis 1880 - NOAA
>> Lire la suite

Vers un temps très agité en Méditerranée ces prochains jours (Sun, 20 Oct 2019)
Dès ce week-end, de nombreux passages pluvio-orageux vont toucher les régions méditerranéennes, faisant entrer ces secteurs dans le vif du sujet en matière de temps automnal.   En effet, une vaste dépression située actuellement sur l'Atlantique se dirige sur la Méditerranée. Dans son sillage, de nombreuses remontées pluvio-orageuse vont avoir lieu. Cela est acquis, reste encore à déterminer l'emplacement exact de ces épisodes, ce qui est complexe à moyen terme!   Ce week-end Les premiers passages pluvio-orageux toucheront les Cévennes et la Côte d'Azur dès ce soir et jusqu'à demain, samedi. Par endroits, il pourrait tomber jusqu'à 150mm de pluie en 24h. Accumulation de précipitations entre ce vendredi et demain après-midi. En 24h il tombe entre 100 et 150mm sur les Cévennes Ardéchoises, entre 80 et 100mm sur la Côte d'Azur.   Dimanche, ces pluies auront tendance à remonter le long de la vallée du Rhône, tout en continuant à toucher les Cévennes. Cumul de précipitations sur le Week-End. Ce modèle (Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme) possède une maille plus large et donc une moins bonne résolution qu'Arome. Il est probable d'atteindre 200mm dans les Cévennes Ardéchoises, et jusqu'à 80mm dans le Beaujolais - Météo-France.   La semaine prochaine A l'heure actuelle, la fiabilité est beaucoup moins bonne que pour ce week-end car les pluies sont assujetties au placement de la dépression, à quelques dizaines de kilomètres près. Cependant, voici ce que nous pouvons dire selon les dernières simulations, d'Ouest en Est.   >Perpignan (Sud Languedoc/Roussillon) Ce secteur verrait les pluies démarrer très tardivement, autour du 23 octobre mais serait sans doute la région subissant les plus fortes intensités. En effet, l'épisode y durerait à peine 48h, entre le 23 et le 24 octobre mais en déposant entre 100 et 200mm de pluie! >Ces modèles à maille large ne localisent pas les orages, qui pourraient donner très localement jusqu'à 400 ou 500mm sur cette période dans la configuration la plus pessimiste (orage se renouvelant souvent au même endroit)     Montpellier (Nord Languedoc, plaines côtières) Ici, les pluies seraient étalées sur plusieurs épisodes pluvio-orageux commençant dès la fin du week-end. Chaque épisode donnerait entre 50 et 100m de pluie. >Certains scénarios montant jusqu'à 300 voire 450mm mais ils sont très minoritaires, l'essentiel des pluies devant probablement se produire sur le relief.   Aubenas (Cévennes ardéchoises) Sur ce secteur, les pluies se produiront principalement en début de période, entre le 19 et le 21 octobre. De nombreux modèles les voient particulièrement soutenues avec un total estimé entre 150 et 400mm en fin d'épisode. >Il est plus probable qu'il tombe entre 250 et 350mm. Néanmoins, l'absence de gros orages alimentés directement par la mer limite le risque de surprises comme il est possible d'en voir plus près des côtes.   Marseille (Basse vallée du Rhône, Provence) Ici les pluies sont prévues en deux épisodes principaux, plutôt bien cernés. Le premier interviendrait le 21 octobre et le deuxième le 24 octobre. Chacun donnerait entre 50 et 100mm de pluie. > Ici, le positionnement de la dépression est très important. Un flux d'Est serait présent selon les scénarios, apportant en léger foehn qui limiterait la pluie. Un décalage de moins de 100km est susceptible d'engendrer des cumuls beaucoup plus importants.   Nice (Alpes méditerranéennes) Et enfin, sur Nice et sa région, il est plus probable d'observer des passages orageux courts limités à quelques bandes orageuses aléatoirement réparties dans le temps. Un fort épisode semble toutefois se dessiner en fin de période, autour du 24 octobre. >Là aussi, le placement de la dépression est important. Mais il est important de retenir aussi que les orages seront de taille inférieure aux autres sévissant plus à l'ouest. Ces petits orages entrent donc peu en compte dans les mailles des modèles, il est tout à fait possible de voir tomber 100 ou 150mm en quelques heures sous un orage isolé et stationnaire. Accumulation des précipitations pour Perpignan, Montpellier, Aubenas, Marseille et Nice jusqu'au 28 octobre - comparaison de multiples modèles - Weather.us D'une façon générale, la dégradation la plus marquée devrait se produire sur l'Ouest des côtes méditerranéennes, faute à un flux d'Est généralisé sur tout le bassin. Dès lors, le secteur des Pyrénées Orientales, de l'Aude ou du sud des Cévennes/Montagne Noire sont à surveiller avec beaucoup d'attention. Selon les modèles actuels, ce sont les secteurs où la probabilité de voir un épisode violent est la plus forte.  
>> Lire la suite

Episodes méditerranéens - quelles sont les zones à risque? (Fri, 18 Oct 2019)
Qu'est-ce qu'un épisode méditerranéen? Un épisode méditerranéen est, comme son nom l'indique, un phénomène météorologique particulier à la méditerranée. Selon l'endroit où ils se produisent, ils peuvent prendre différents noms comme "épisode cévenol" dans les Cévennes ou "Aïguat" dans le Roussillon. La Méditerranée est une mer fermée, ses eaux sont donc très peu mélangées. Surplombée par un anticyclone subtropical en été, et à l'abri du courant froid descendant de l'Atlantique Nord, la Méditerranée surchauffe largement par rapport aux autres mers à de telles latitudes. En fin d'été, la mer atteint facilement entre +25 et +30°C en surface selon les endroits. En été, le réchauffement excessif de la Méditerranée par rapport à sa latitude est évident - carte Meteociel   Ainsi, en automne, les dépressions circulant sur l'Atlantique s'échouent sur l'Europe et concernent alors la Méditerranée. Ces vagues d'air froid surplombant des eaux aux températures subtropicales provoquent une grande instabilité! Les tempêtes ainsi crées, bloquées par les montagnes ceinturant la mer, déversent alors des quantités très importantes d'eau en peu de temps. C'est l'épisode méditerranéen! L'air froid venu du Nord rentre en conflit avec la chaleur humide de la Méditerranée, provoquant des pluies orageuses très importantes à proximité des zones de relief. Avec des centres d'action inversés, ces orages se produisent sur les rives Africaines de la Mer (notamment près de l'Atlas marocain et algérien) carte source >>   Quelles sont les zones les plus touchées en France? Si l'on regarde les statistiques, nous pouvons distinguer les épisodes méditerranéens "modérés" des épisodes méditerranéens "majeurs". Ici référencés respectivement comme étant ceux donnant un cumul >120mm/24 et >200mm/24h. Nombre de jours où les cumuls de pluie en 24h dépassent 120 et 200mm, par départements. Période 1999-2016 - Météo-Villes   Nous remarquons alors que les épisodes sont très fréquents autour des Cévennes (d'où le terme épisode cévenol spécifiquement employé quand celui-ci touche ce massif). D'autres zones sont également plus particulièrement touchées mais ont une climatologie différente des Cévennes: - Les Pyrénées Orientales (ou, de façon plus large, le sud du Languedoc et le Roussillon) - Les Alpes Méditerranéennes (Var, Alpes-Maritimes) - La Corse   Cependant, cette aspect climatologique masque un fait: il est tout à fait possible de retrouver des épisodes méditerranéens très intenses hors des Cévennes. Ainsi, des départements moins lotis en fréquence peuvent se retrouver avec des cumuls exceptionnels. >C'est le cas par exemple de l'Aude qui détient le record de France métropolitaine de pluie en 24h sur la période 1999-2010 avec 551mm devant le Gard. Il est possible de retrouver d'autres valeurs excentrées surprenantes comme les 355mm en 24h du Tarn ou les 300mm de l'Isère sur cette même période. Cumuls de pluie maximaux en 24h. Période 1999-2016 - Météo-Villes   Ainsi, nous pouvons dresser une carte des épisodes méditerranéens intenses (>200mm/24h) par période de retour Période de retour des épisodes méditerranéens majeurs en France - Meteo-Villes   Episodes remarquables   Cévennes - 19 au 23 septembre 1890, un épisode donne 971mm en 5 jours à Montpezat, en Ardèche, tuant une cinquantaine de personnes. >>   - le 27 septembre 1900, Velleraugue, dans le Gard, est touché par des pluies diluviennes donnant 950mm en 24h, Le bilan est d'une trentaine de morts. Bilan météorologique de l'Aigoual en septembre 1900 mentionnant l'épisode cévenol du 27 septembre >>   Sud-Languedoc et Roussillon - 16 au 20 octobre 1940 Il tombe 840mm en 24h selon les relevés officiels et 1950mm en 5 jours dont 1000 en 24h hors du réseau Météo-France à Saint-Laurent de Cerans, dans les Pyrénées Orientales. L'épisode fait 57 morts et l'équivalent de 40 millions d'euros de dégâts en France. L'épisode touche aussi la Catalogne qui déplore 300 morts. Aiguat de 1940 à Amélie-les-Bains >>   - 14-15 octobre 2018, Trèbes subit de violents orages durant toute une nuit. Il tombe 295mm en 6h sur la ville qui voit l'Aude sortir de son lit et envahir la plaine et la ville. Le bilan est de 15 morts Trèbes le 15 octobre 2018 au matin, l'Aude a largement débordé sur l'ensemble de la ville - Nice-Matin   Alpes méditerranéennes (Var et Alpes-Maritimes) - 15 juin 2010, un épisode méditerranéen inhabituel en cette saison donne 460mm en 24h dont 420mm en 12h et 290mm en 6h. L'Argens sort de son lit et dévaste Draguignan tuant 25 personnes et engendrant 1 milliard 47millions d'euros de dégâts. La vallée de l'Argens envahie par les eaux. Vue de l'Autoroute A8, l'Esterel au fond et le Rocher de Roquebrune à droite. Fréjus en bord de mer, rendue boueuse par l'inondation >>   - 3 octobre 2015, Cannes et son agglomération sont touchées par un violent orage stationnaire donnant 196mm sur cette seule journée, dont 175mm en 2h et 109mm en 1h. Le bilan est de 20 morts pour 1 milliard 200millions d'euros de dégâts. Une rue de Cannes, inondée après l'orage - Corse-Matin   Corse - 23 septembre 1974, Corte est touché par un déluge faisant 8 morts et de nombreux dégâts dans la vallée adjacente du Tavignano. Il serait tombé 120 mm à Pila Canale mais ce site, loin de l'épicentre. Le réseau météorologique était (et reste) très faible dans cette zone. Témoignage relayé par l'INA >>   - Du 31 octobre au 1er novembre 1993, un autre déluge tombe sur la Haute-Corse tuant 9 personnes et provoquant 350 millions d'équivalents euros de dégâts. Au col de Bavella, une station enregistre 906mm en 36h. La montée des eaux au pont Spin'a Cavallu >>    
>> Lire la suite

Typhon Hagibis au Japon : un lourd bilan humain et matériel (Sat, 19 Oct 2019)
Le typhon Hagibis a fini par balayer une grande partie du Japon le week-end dernier. Typhon Hagibis au Japon - 12 octobre 2019 - Satellite Terra   Après avoir atteint la catégorie 5 quelques jours auparavant (niveau maximal sur l'échelle de Saffir-Simpson, mesurant l'intensité des cyclones), et s'être maintenu avec cette intensité durant 54 heures cumulés, Hagibis a touché terre sur la péninsule d'Izu en soirée du samedi 12 octobre en catégorie 2, avant d'atteindre la région de Tokyo. Le tyhpon Faxai avait déjà touché terre sur le même secteur (à quelques dizaines de km près) il y a à peine plus d'un mois... A son arrivée, une rafale de 158km/h a été relevée à l'aéroport international de Tokyo, ainsi qu'à Yokohama (20km au sud-Ouest de Tokyo). Trajectoire et intensité du typhon Hagibis - du 5 au 13 octobre 2019 - Twitter Steve Bowen   Le bilan humain est encore incertain, et varie selon les sources. Néanmoins, la chaine de télévision publique NHK faisait état de 74 morts ce mardi soir. Selon cette source, il s'agit donc du typhon le plus meurtrier au Japon depuis le typhon Talas en 2011, qui avait coûté la vie à 68 personnes. Si les rafales de vent ont été loin d'être extraordinaires, le phénomène majeur et meutrier réside au niveau des quantités pluviométriques astronomiques tombées à son passage. En terme de jour calendaire (de minuit à minuit), il est tombé jusqu'à 922.5mm à Hakone (préfecture de Kanagawa, près du Mont Fuji et à 80km au Sud-Ouest de Tokyo) sur la seule journée du samedi 12 octobre. Il s'agit d'un nouveau record national de pluviométrie sur un jour calendaire, l'ancien record était auparavant détenu par la station de Toyose (851.5mm le 19 juillet 2011). Classement des plus gros cumuls de pluie sur un jour calendaire au Japon - Twitter Etienne Kapikian   Toutefois, sur 24 heures dites "glissantes" (période d'une durée exacte d'un jour, mais à cheval sur deux journées calendaires), le cumul a atteint 942.5mm sur cette même station de Hakone, dont 645.5mm en seulement 12 heures ! Cette fois, il ne s'agit pas d'un record sur 24 heures glissantes, celui-ci étant toujours détenu par Kisawa (préfecture de Tokushima) avec 1317mm durant le typhon Namtheun en 2004. Au moment où Hagibis touchait le pays, une tornade a frappé samedi la ville d'Ichihara (préfecture de Chiba), sur la rive sud de la baie de Tokyo. Une douzaine de maison ont été détruites à son passage et plus de 70 ont été endommagées.   ????????????RT kyousanto</a>: ?????????????????????????????????? <a href="https://t.co/CHzBj2Dxcu">pic.twitter.com/CHzBj2Dxcu</a></p> &mdash; ???? (YumiPolar) 12 octobre 2019     Le Premier ministre Shinzo Abe avait déclaré dimanche lors d'une conférence de presse que plus de 110 000 policiers, pompiers, agents des garde-côtes et membres des Forces d’autodéfense (armée japonaise) participaient aux opérations de sauvetage. Le secrétaire général du Cabinet (nom donné au gouvernement japonais), Yoshihide Suga, a déclaré que plus de 375 000 maisons étaient sans électricité et 14 000 n'avaient plus accès à l'eau courante dimanche matin, au pire des évènements. Les crues majeures constatées sont principalement liées à la rupture de digues, en 52 endroits, de 37 rivières, selon les données officielles. Les dégâts sont déjà estimés à plusieurs milliards de dollars. Déjà le mois dernier, le typhon Faxai avait provoqué des dégâts estimés à plus de 7 milliards de dollars (le typhon le plus catastrophique remontant à Mireille, en 1991, avec des dégâts évalués à 19.1 milliards $). Inondations majeures et rupture de digue dans la région de Nagano - 13 octobre 2019 - KYODO Kyodo / Reuters   Habitations sous les eaux à Nagano - 13 octobre 2019 - KYODO Kyodo / Reuters   Les trains à grande vitesse Shinkansen noyés à Nagano - 13 octobre 2019 - KYODO Kyodo / Reuters
>> Lire la suite

Chaleur remarquable durant le week-end du 12 et 13 octobre (Thu, 17 Oct 2019)
Avant le retour vers des conditions typiquement plus automnales ces prochains jours, la fin de la récente semaine écoulée a été marquée par un retour temporaire de la chaleur. Un intermède estival qui pourrait être le tout dernier de notre année 2019 ! Le pic de chaleur a été atteint ce dimanche 13 octobre avec près de 40% du territoire ayant dépassé le seuil de la chaleur (25°C), et même quelques stations avec plus de 30°C dans l'extrême Sud-Ouest.   Avec un indicateur national sur la température moyenne de 20.2°C (indicateur basé sur 30 stations réparties à travers le territoire), ce 13 octobre 2019 est devenu la journée la plus chaude jamais observée en France lors d'une seconde décade (donc entre le 11 et le 20 octobre). Il bat un record très récent, puisqu'il était détenu par le 13 octobre ... 2018 (20.1°C) ! L'anomalie nationale sur cette journée était de +6.3°C (20.2°C contre une moyenne habituelle de 13.9°C sur la période 1981-2010).   Ce pic de chaleur a chamboulé le classement des températures maximales du mois d'octobre : le thermomètre est monté jusqu'à 32.1°C  Mont-de-Marsan, station principale la plus chaude de France sur cet épisode. Tarbes, Pau, Bordeaux, Ciboure (Pyrénées-Atlantiques), Agen ou encore Saint-Girons ont également franchi cette barre symbolique des 30°C.   Si les records mensuels se montrent bien plus élevés (record national de 35.0°C à Ajaccio le 15 octobre 1988, record hors-Corse de 24.7°C à Dax en octobre 1985), certaines valeurs font toutefois office de nouveaux records décadaires sur de multiples villes. Un épisode estival par conséquent notable de par son aspect tardif !   Records mensuels d'octobre - Carte Météociel * Sur la carte ci-dessus, une valeur de 35.4°C est indiquée sur la station de Toulouse-Francazal pour 12 octobre 1923. Mais celle-ci reste toujours sujette à caution compte tenu de la fiabilité des instruments d'époque, et des normes de mesures moins strictes qu'aujourd'hui.
>> Lire la suite

Orages, vents violents, tornade : beaucoup d'agitation les 14 et 15 octobre (Fri, 18 Oct 2019)
Après une période très douce, et même remarquablement chaude lors de la fin de la semaine dernière, nous avons retrouvé des conditions plus typiquement automnales, avec une transition assez brutale ! Ce changement de temps s'est opéré lors de notre journée de lundi avec la mise en place d'une dégradation orageuse généralisée et plutôt musclée, tout d'abord dans l'Ouest du pays, puis près de la Méditerranée dans un second temps. Carte foudre sur 36 heures - lundi 14 et mardi 15 octobre 2019 (jusqu'à 12h UTC) - LightningMaps   Ces orages se sont accompagnés de fortes pluies, de grêle mais surtout de rafales vent parfois violentes dans le quart Nord-Ouest du pays dans l'après-midi de lundi : jusqu'à 113km/h observés à Laval (Mayenne), ou même 117km/h au sommet de la Tour Eiffel.   Une ville de Laval particulièrement touchée : outre les vents, la commune a été inondée suite au passage de ce violent grain orageux, avec plus d'une trentaine de centimètres dans certaines rues du centre-ville. Inondations à Laval (Mayenne ) - 14 octobre 2019 - Le Courrier de la Mayenne / Capture Twitter V. Charbonneau La Mayenne, mais aussi la Loire-Atlantique ainsi que la Vendée ont été les départements les plus touchés durant la journée du lundi 14 octobre. Suite aux violentes rafales, le trafic SNCF a dû être interrompu entre Nantes et Angers et a été fortement perturbé entre Nantes et les Sables-d'Olonne. Sur le seul département de la Vendée, les pompiers sont intervenus 133 fois, le plus souvent entre La Roche-sur-Yon et Les Herbiers. A noter qu'une partie du toit de l'église de Châteauneuf-sur-Sarthe, à une trentaine de kilomètres au nord d'Angers, a été soufflée et est tombée en contrebas (>>). Très grosses rafales descendantes sous le front orageux tout à l'heure dans le #MaineEtLoire ! (à Beaupréau près de #Cholet 49) Pas mal de dégâts signalés !KeraunosObs</a> <a href="https://twitter.com/MeteoContact?ref_src=twsrc%5Etfw">MeteoContact meteoalerte_pdl</a> <a href="https://twitter.com/MeteoExpress?ref_src=twsrc%5Etfw">MeteoExpress Meteovilles</a> <a href="https://t.co/GUnz8NRKFL">pic.twitter.com/GUnz8NRKFL</a></p> &mdash; L&eacute;o Bariller (LeoB49) 14 octobre 2019     Durant la nuit du lundi au mardi, ainsi qu'en matinée du mardi 15 octobre, c'était au tour du pourtour Méditerranéen de subir cette dégradation orageuse avec le passage d'une ligne très active. Outre de grosses bourrasques (96km/h à Martigues, 95km/h à Avignon, 92km/h à Montpellier), les pluies ont été parfois très abondantes, et par conséquent très bénéfiques sur un secteur toujours aussi marqué par la sécheresse. Si aucune réaction hydrologique notable n'a été constatée, des coulées de boues ont toutefois été observées en secteur montagnard, notamment sur le Mercantour où il est tombé entre 100 et 150mm en quelques heures seulement.   Coulée de boue à Isola (Alpes-Maritimes) - 15 octobre 2019 - Page facebook Isola2000   Le fait marquant de cette dégradation : une tornade s'est produite sur la commune d'Arles durant la nuit de lundi à mardi (vers 4h30), sur le lieu-dit "Pont-de-Crau". Bien que localisée, ce phénomène très violent à provoqué de sérieux dégâts. En effet, 150 habitations ont été endommagées, et des mobile-homes ont été détruits dans le camping du village. 70 personnes sinistrées ont du être accueillies dans un gymnase communal. Dégâts après le passage d'une tornade à Arles (lieu dit "Pont-de-Crau") - 15 octobre 2019 - Ville d'Arles   A quelques encablures, un autre phénomène venteux a provoqué des dégâts sur la ville de Cavaillon (Vaucluse). Difficile cette fois d'affirmer la présence formelle d'une tornade (il pourrait s'agir de simples rafales descendantes non tourbillonaires). Dégâts venteux à Cavaillon (Vaucluse) - 15 octobre 2019 -
>> Lire la suite

L'été des indiens est-il une particularité américaine? (Wed, 16 Oct 2019)
Les origines de l'été indien Aujourd'hui, la notion d'été indien est largement répandue dans l'imaginaire collectif, comme étant une période de douceur, voire de chaleur et de soleil située au coeur de l'automne. Particulièrement présent en Amérique du Nord, cet aléas météorologique a pris le nom d' "été des indiens" en ces contrées. Eté des indiens 2014 par Warren BRANDELY à Jonquière, dans la province de Québec, au Canada >>   Cette dénomination a été exportée dans le monde entier via l'influence culturelle Américaine s'étendant très largement en Europe et au Japon principalement. En France, cet été d'arrière-saison a été rendu célèbre par Joe Dassin qui interprétait alors "L'été Indien" en 1975. C'est d'ailleurs pour cela que nous parlons plus d'été indien que d'été des indiens, en France. « C’était l’automne, un automne où il faisait beau Une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique Là-bas on l’appelle l’été indien »   Une définition météorologique A l'origine surtout romancée, cette saison est devenue tellement ancrée dans la culture populaire nord-américaine, qu'elle a fait l'objet d'une définition météorologique stricte afin d'encadrer ce que l'on peut appeler été des indiens ou non. > Il doit se produire au milieu de l'automne, entre fin septembre et la mi-novembre > Il doit succéder à un premier coup de froid, accompagné de gelées > Il ne doit pas pleuvoir ou très peu (il se caractérise par un temps ensoleillé et sec) > Les températures doivent être au moins supérieures de 5°C par rapport aux normes pendant 3 jours consécutifs ou plus. L'Amérique du Nord ayant un climat très contrasté et plus excessif dans le froid que l'Europe occidentale, ces critères sont rarement réunis. L'influence énorme de l'Atlantique sur notre climat modère fortement les premiers coups de froid, ce qui limite les gelées et nos masses d'air chaud qui peuvent tout à fait circuler sont souvent accompagnées d'humidité (vigoureux flux de Sud-Sud-Ouest dépressionnaire)   Exemple d'été des indiens en Amérique du Nord En Amérique du Nord, une vaste descente d'air polaire sur l'Ouest du continent soulève à l'avant une masse d'air chaude très importante sur l'Est (et donc le Québec), se traduisant donc par plusieurs jours de temps anormalement chaud et sec.   Situation actuelle d'été des indiens   Eté des indiens, à Québec, fin septembre 2014 - Tableau Infoclimat   Un été des indiens bien français Malgré tout ce tapage autour de l'été indien, les peuples Européens et donc les français n'ont pas attendu de traverser l'Atlantique pour découvrir ces périodes chaudes d'arrière-saison. Si nous ne parlions pas d'été indien, des dénominations de longue date existaient déjà, dont deux plus particulièrement. > Dans la moitié Nord, l'été de Saint-Denis Saint Denis est un saint patron très populaire à Paris et a donc rayonné par son nom dans une grande partie du Nord de la France principalement. Son jour calendaire est au 9 octobre. Traditionnellement associé aux vendanges tardives, il est lié à cette période de temps doux et propice aux activités viticoles de la 1ère qunizaine d'octobre « Entre Saint-Michel et Saint-François, prends ta vendange telle qu'elle est, à Saint-Denis, prends-la si elle y est encore. » « Entre Saint-Denis et Saint-François, prends ta vendange quelle qu'elle soit. » L'été de Saint-Denis dans les vignes d'Irancy, près d'Auxerre (89) - Jérémie GAILLARD   >Plus répandu, l'été de Saint-Martin L'été de Saint-Martin (jour calendaire, 11 novembre) est à mettre en opposition aux Saints de Glace, qui se produisent environ 6 mois plus tard, au mois de mai. Il désigne souvent la toute dernière période de douceur avant l'hiver, de nombreux dictons y sont liés. Moins médiatisé que l'été des indiens, il ne possède pas de définition météorologique précise. « Bel été de Saint-Martin présage un hiver certain. » « L'été de la Saint-Martin dure trois jours et un brin. » « À la Toussaint, commence l'été de la Saint-Martin » Cependant, comme pour l'été des indiens, son observation est liée à une période de redoux et de temps calme consécutive à l'installation d'un temps automnal, froid et humide (pas forcément accompagné de gelées). Il marquait sans doute une pause dans cette période sombre de l'année.   Les Vosges, durant l'été de la Saint-Martin, en 2015 - Jean Sébastien BECK >>   Exemples d'étés d'arrière-saison en France D'un point de vue pris à grande échelle, l'été des indiens et l'été de Saint Martin (ou de l'été de Saint-Denis comme actuellement), ont des origines similaires de chaque côté de l'Atlantique. Il s'agit de l'effet des vases communiquants. >En Europe, nous retrouvons le même phénomène avec une grande descente d'air froid sur l'Atlantique, soulevant de l'air très chaud à l'avant, se traduisant là aussi par un temps plutôt chaud et sec (humide sur le partie en contact avec l'air froid, comme en France aujourd'hui). Situation actuelle d'été de Saint-Denis   L'été de Saint-Denis, octobre 2018 - Tableau Infoclimat     L'été de la Saint-Martin, en novembre 2015 - Tableau Infoclimat    
>> Lire la suite

Après une pause agréable, retour du mauvais temps sur le long terme (Tue, 15 Oct 2019)
Un week-end anormalement chaud Comme annoncé depuis déjà plusieurs jours, ce week-end, une forte anomalie positive de températures va s'installer sur l'Europe ainsi que la France. Anomalie dépassant largement les 10°C par rapport aux moyennes saisonnières dans de nombreux pays   Anomalies positives de température en rouge, et négatives en bleu - l'Europe et la France seront concernées par des températures inhabituellement chaudes pour la saison ce dimanche.   ...Suivi d'une douche froide!   Des pluies régulières et abondantes Malheureusement,  dans les faits, cette douceur, voire chaleur selon les régions, sera rapidement balayée de notre pays faute à l'installation d'un système dépressionnaire intense durant ces prochains jours. Système qui appportera de nombreuses pluies sur tout le territoire (et en particulier sur les Régions Méditerranéennes et la Vallée du Rhône où un épisode méditerranéen marqué est à envisager). Localisation des centres d'actions météorologiques et des pluies durant les prochains jours - wetteronline / interprété par Meteo-Villes.   Ces pluies, à quelques exceptions près, seront bien réparties sur l'ensemble des régions avec en moyenne 50 à 100mm tombant en une dizaine de jours. Accumulation de précipitations prévues jusqu'au 27 octobre prochain, les zones restant au sec sont rares et surtout dues aux aléas des modèles. En réalité des zones sèches comme le nord de la Bretagne, les Charentes ou l'Alsace recevront également leur lot de pluie.   Des températures en berne Cette dégradation sera suivie de près par l'arrivée d'air froid par l'Atlantique, durablement refroidi par un vaste système dépressionnaire captant le froid du Groenland depuis plusieurs semaines, sur le nord de l'Océan. Anomalies de température de la masse d'air (à 1500m), si la chaleur persiste plusieurs jours sur l'Europe Centrale et de l'Est, ce n'est pas le cas des pays les plus à l'Ouest comme la France, le Portugal, l'Espagne ou encore les Îles Britanniques qui verront l'air froid revenir très rapidement.   Concrètement, sur le terrain, les températures perdront de 5 à 10°C en 24h sur de nombreuses villes de notre pays, entre dimanche et lundi ou entre lundi et mardi selon votre région. Evolution des températures au sol dans les villes de France - Meteo-Paris   Des nuages de plus en plus envahissants Au niveau du ciel, les conditions ne seront pas plus favorables puisque le Soleil risque de se faire très rare, même dans les régions méditerranéennes! Ici, les dégradés gris-blancs montrent les zones nuageuses, le jaune les zones ensoleillées. Nous voyons que si dans un premier temps le soleil domine, les nuages prennent possession de la totalité du pays avant la fin de semaine prochaine - cartes Windy   Pour résumer la situation, le week-end restera une exception dans le défilé de perturbations que nous connaissons actuellement, et l'automne reprendra rapidement ses droits, jusqu'aux abords de la Grande Bleue!    
>> Lire la suite

Régions Méditerranéennes : enfin des pluies pour la 2e moitié d'octobre ? (Sun, 13 Oct 2019)
Depuis le début de l'année, les pluies se font rares sur le pourtour Méditerranéen, principalement sur le Languedoc où les cumuls peinent à dépasser la barre des 200mm (soit moitié moins que la moyenne habituelle). Ce début d'automne, saison pourtant réputée très humide sur ces secteurs, ne semble toujours pas régler la mire...   Mais alors, la question se pose... Quand verrons-nous enfin le retour de pluies significatives sur ces régions du Sud-Est afin de réguler cette sécheresse remarquable ?   Première indication : une petite évolution semble se profiler à moyen terme avec l'apparition de scénarios enfin plus humides. Si les modèles sont encore peu calés et fluctuants,  ces derniers font ressortir deux potentielles salves humides entre Languedoc, Provence et Côte d'Azur : autour du 15 octobre pour la première, et autour du 18/19 octobre pour la seconde. Les écarts importants sur les cumuls de précipitations modélisés (pour Nice, certaines sorties ne dépassent pas les 20mm en 10 jours, d'autres indiquent plus de 100mm) met toutefois en évidence des divergences sur la synoptique à venir : épisode Cévénol ? Plutôt Méditerranéen ? Ou aucun des deux avec le passage de simples fronts froids pluvio-orageux très brefs ? Difficile à déterminer à l'heure actuelle... Accumulation des précipitations pour Montpellier, Marseille et Nice jusqu'au 20 octobre - comparaison de multiples modèles - Weather.us   Ce tournant plus humide sur le pourtour Méditerranée, vu par plusieurs modèles à la fois, pourrait se prolonger durant toute la seconde moitié de notre mois d'octobre. De quoi peut-être rattraper très partiellement le retard pluviométrique accumulé ces derniers mois... Mais quoi qu'il en soit, il faudrait des précipitations particulièrement intenses pour atteindre la moyenne mensuelle sur ces régions ! Anomalie des précipitations (en mm) jusqu'au 27 octobre - Modèle ECMWF - EFFIS   Anomalie des précipitations (en mm / jour) jusqu'au 29 octobre - Modèle CFS - Tropical Tidbits
>> Lire la suite